Espagne

 

Je remercie Jaime R. C. qui m'a transmis la plupart des scans de cette page ainsi que de précieuses informations sur les dates de diffusion des différentes publication de matériel Dupuis en Espagne.

 

Je présente ci dessous trois séries hebdomadaires qui se sont succédées en Espagne entre 1969 et 1985 : "Strong", "Spirou Ardilla" et "Fuera Borda". La plus proche de notre beau journal de Spirou est "Spirou Ardilla" diffusé entre 1979 et 1981. Deux témoignages de lecteurs ibériques et des scans de'autres magazines concluent ce dossier.

 

Sous quel nom ? : Strong (Editoral Argos).

Diffusion : 1969 à 1971

 

Publication hebdomadaire, 90 numéros publiés (28 pages toutes en couleur) et 3 numéros spéciaux de 40 pages et 8 recueils.

(scans de J O-M et de JR que je remercie).

 

 

Strong Extra (envoi de JR)

 

 

 

Et huit recueils !

 

 

Sous quel nom ? : Spirou ardilla (Editora Mundis)

Diffusion : 1979 à 1981

Publication hebdomadaire, 67 numéros publiés (de 1979 à 1981, 36 pages toutes en couleur, prix 50 pesetas) et 8 numéros spéciaux de 68 pages. Autres pays de publication : Argentine, Chili & Pérou

 

 

     

 

Albums : oui, Super Spirou Ardilla, 8 numéros

68 pages tout en couleur, 85 pesetas . Contenu : histoire complète d'un personnage, plus d'autres bandes dessinées.

   

 

 

Sous quel nom ? : Fuera Borda  (Editoral SARPE).

Diffusion : 1984 à 1985

La collection FUERA BORDA de Editorial SARPE se compose de 50 numéros. Son apparition fut hebdomadaire de mai 1984 à mai 1985. Chaque numéro comprenait 32 pages et était principalement composé des personnages du magazine SPIROU ainsi que de quelques personnages européens ou américains.      

 

Cette publication a également fait l'objet de trois collections complémentaires : - ALBUM FUERA BORDA: Collection de 2 exemplaires de 44 et 48 pages datés de décembre 1984 et juin 1985 et contenant des aventures complètes.

  - SUPER FUERA BORDA: Collection de 6 exemplaires, bimestriel d'octobre 1984 à septembre 1985, 78 pages et compilation des aventures de la collection FUERA BORDA.

- TEBEOTECA FUERA BORDA: Collection de 6 exemplaires, bimestriel d'octobre 1984 à août 1985, entre 48 et 52 pages et avec des aventures complètes dans chaque numéro.

 

D'autres magazines ibériques ont publié des contenus de notre beau journal de Spirou. En voici quelques exemples :

 

 

 

Témoignage de lecteurs hispaniques

 

Et voici deux témoignages de lecteurs espagnols sur cette seconde période de diffusion de Spirou en Espagne : le premier, en français, m'a été envoyé par Juho. Le second en Espagnol a été récupéré sur le net.

 

1 "De 1979 à 1981, on a eu la chance de pouvoir lire la version espagnole du Journal de Spirou. Pour moi, c´est un souvenir inoubliable, et je conserve comme un trésor ma collection complète: 67 numéros de 36 pages chacun, appelés "Spirou-Ardilla" (1979-80), et 8 numéros spéciaux de 68 pages chacun, appelés "Super Spirou-Ardilla" (1980-81), publiés après la série normale. Je suppose qu´on a mis le mot "ardilla" (écureuil) sous le nom de Spirou pour remarquer que c´est la version espagnole du journal. Bon, on n´a jamais bien compris ça...

À propos, "Espirú" est la première version espagnole du nom de Spirou, c'était il y a Longtemps car depuis 1979, on  connaît le personnage sous le nom de Spirou."

 

2 "Con la llegada de una nueva edición de Spirou a nuestro país, (el simpático y entrañable botones creado por Rob-Vel y su mujer Blanche Dumoulin, alias  Davine), a cargo de Planeta, nos hemos planteado recordar la revista que popularizo a este personaje desde el año 1979 a 1981 en España; fue una revista que alcanzó los 67 números, con una periocidad semanal para la época, que no estaba nada mal. Una revista con contenido de los personajes de la Societe D`Editions de Presse et de Publicite (S.E.P.P.) con sede en Bruselas (Bélgica) perteneciente a la editorial Dupuis; en España editada por su filial Editora Mundis.

Entre los que se incluían como fijos en la revista: en la primera página siempre Billy Bolita, del autor Roba (Jean), personaje creado en 1959 junto con Maurice Rosy, la historieta estaba protagonizada por un chaval y un precioso cocker, con gags llenos de un humor a raudales, con un dibujo precioso. La antepenúltima dedicada a Poussy de Peyo (Pierre Culliford), un precioso gatito negro presumido y  travieso que siempre se salía con la suya. Y como no, la última página protagonizada por el impresentable de Gastón, por Franquin, personaje que fue más tarde rebautizado en España como Tomás el Gafe; personaje divertido, perezoso y jeta que hacia que trabajaba en la redacción de la editorial Dupuis.


El contenido del resto de la revista variaba con personajes  como: 

La teneur du reste du magasin a changé avec le como de personages

Genial Oliver de Devos, un niño muy listo, el Agente 212 de D. Kox y Cauvin, Quena y el Sacramus de Gos, los Hombrecitos de Pierre Seron, Juan y Piruli de Peyo, Spirou  y Fantasio de Franquin, Jidèhem y Grez, Cartas de mi Molino de Alphonse Duder (guión) y Mittei (dibujo), Tif (el calvo) y Tondu de Will (dibujo) y Tillieux (guión), dos detectives de lo más variopinto.
Papirus de Gieter, un niño del antiguo Egipto, Isabel de Will; Yoko Tsuno informática de profesión, de Roger Leloup, Sofía de Jidehem; Sam  un cazador de osos genial, de Lagas; Lampil de Pambil y Cauvin; Sammy de Berck (dibujo) y  Cauvin (guión) comedia  protagonizada por dos gángster, Jack Attaway y Sammy Day, ambientada en los años 30; Cesar de M. Tillieux, Terran Stone de Pierre J.M.T. , los maravillosos Pitufos de Peyo; Wofi de Blesteau, el viejo Nick y Barba Negra de Remacle; Bululum y Guiliguili, el divertido niño de la selva y su orangután, de Mazel (dibujo) y Cauvin (guión); los Krostons de Deliège; Marc Lebut, su vecino y el Ford T de Francis (dibujo) y Tillieux (guión); Bobo el preso más divertido, de Deliège; el vaquero Jerry Spring de Jijé y Philip; Guerreras Azules de Cauvin y Salverius, las mas bellas historias del tío Pablo, varios autores.

Después de este repaso a los personajes que aparecieron en Spirou Ardilla, hablaremos de la revista en sí. Mucho antes que ninguna otra publicación juvenil de la época,  en ella, aparecieron los correos de los lectores, además de los anuncios de compra/venta/ cambio, concursos, pasatiempos, coleccionables interiores de varios personajes, carpetas archivadoras, suscripciones, la Casa Redonda (club de amigos de Spirou, donde participabas de regalos) y la revista desplegable Spirou Pirata; donde a parte  de noticias, los lectores enviaban sus dibujos, relatos y se hablaba de naturaleza.


Podemos decir que fue una revista muy completa para los niños de principios de los 80; al menos para este que os escribe fue un mundo nuevo, distinto a los superhéroes y los clásicos tebeos de Bruguera. Deseamos que la publicación de nuevo de los personajes de Spirou y Fantasio traiga con ellos la  vuelta de esos personajes olvidados por los editores, que sin duda enriqueció de alguna forma a los lectores de toda una generación."

Traduction GOGGLE

"Avec l'arrivée d'une nouvelle édition de Spirou dans notre pays, (les jolis et attachants boutons créés par Rob-Vel et sa femme Blanche Dumoulin, alias Davine), par Planeta, nous avons décidé de nous souvenir du magazine qui a popularisé ce personnage à partir de 1979 à 1981 en Espagne ; C'était un magazine qui atteignait 67 numéros, avec une périodicité hebdomadaire pour l'époque, ce qui n'était pas mal du tout. Un magazine au contenu des personnages de la Société d'éditions de presse et de publicité (S.E.P.P.) basée à Bruxelles (Belgique) appartenant à la maison d'édition Dupuis ; en Espagne édité par sa filiale Editora Mundis.

Parmi ceux qui figuraient comme habitués du magazine : sur la première page toujours Billy Bolita, de l'auteur Roba (Jean), personnage créé en 1959 avec Maurice Rosy, le dessin animé mettait en scène un garçon et un beau cocker, avec plein des gags d'un humour à foison, avec un beau dessin.

L'avant-dernière dédiée à Poussy de Peyo (Pierre Culliford), un beau chaton noir suffisant et espiègle qui s'en est toujours bien tiré. Et bien sûr, la dernière page mettant en vedette l'imprésentable Gastón, de Franquin, un personnage qui a ensuite été rebaptisé en Espagne Tomás el Gafe ; drôle de personnage, paresseux et effronté qui travaillait à la rédaction des éditions Dupuis. Le contenu du reste du magazine variait avec des personnages tels que : La teneur du reste du magasin a changé avec le como de personages Grand Oliver de Devos, un garçon très intelligent, Agent 212 de D. Kox et Cauvin, Quena et le Sacramus de Gos, les Petits Hommes de Pierre Seron, Juan et Piruli de Peyo, Spirou et Fantasio de Franquin, Jidèhem et Grez, Lettres de mi Molino d'Alphonse Duder (scénario) et Mittei (dessin), Tif (le chauve) et Tondu de Will (dessin) et Tillieux (scénario), deux détectives très divers. Papirus de Gieter, un enfant de l'Egypte ancienne, Elisabeth de Volonté ; Yoko Tsuno L'informatique de métier, de Roger Leloup, Sofía de Jidehem ; Sam un chasseur d'ours cool, de Lagas ; Lampil de Pambil et Cauvin ; Sammy de Berck (art) et Cauvin (scénario) comédie mettant en vedette deux gangsters, Jack Attaway et Sammy Day, se déroulant dans les années 1930; César de M. Tillieux, Terran Stone de Pierre J.M.T. , les Schtroumpfs Merveilleux de Peyo; Wofi de Blesteau, le vieux Nick et Blackbeard de Remacle ; Bululum et Guiliguili, le drôle de garçon de la jungle et son orang-outan, de Mazel (dessin) et Cauvin (scénario) ; les Krostons de Deliège ; Marc Lebut, son voisin et la Ford T de Francis (dessin) et Tillieux (scénario) ; Bobo le prisonnier le plus drôle, de Deliège ; le cow-boy Jerry Spring de Jijé et Philip ; Blue Warriors de Cauvin et Salverius, les plus belles histoires de l'oncle Pablo, divers auteurs.

Après cette revue des personnages parus dans Spirou Ardilla, nous parlerons du magazine lui-même. Bien avant toute autre publication jeunesse de l'époque, elle présentait le courrier des lecteurs, ainsi que des annonces d'achat/vente/échange, des concours, des loisirs, divers objets de collection intérieurs de personnages, des chemises de classement, des abonnements, la Maison Ronde (le club des amis de Spirou, où l'on participé à des cadeaux) et le dépliant Spirou Pirata ; où en dehors des nouvelles, les lecteurs envoyaient leurs dessins, leurs histoires et parlaient de la nature.

On peut dire que c'était un magazine très complet pour les enfants du début des années 80. Au moins pour celui qui vous écrit, c'était un nouveau monde, différent des super-héros et des bandes dessinées classiques de Bruguera. Nous espérons que la réédition des personnages de Spirou et Fantasio apportera avec eux le retour de ces personnages oubliés par les éditeurs, qui ont sans doute enrichi en quelque sorte les lecteurs de toute une génération."